À quoi ressemble l’iftar algérien typique pendant le Ramadan?

Le Ramadan est un mois sacré chez les musulmans. C’est le quatrième des cinq piliers de l’Islam. Chaque année, 1,8 milliard de la population mondiale commence ce rite religieux presque en même temps pendant une période d’un mois. Alors que le Ramadan permet à tous les musulmans de jeûner du lever au coucher du soleil, la pratique diffère d’un pays à l’autre.

En Algérie, chaque région a ses propres plats et traditions, y compris pendant le Ramadan. Une richesse incroyable que le pays possède et que nous allons révéler dans cet article.

Est, centre, ouest et sud, quatre régions d’Algérie aussi différentes que similaires dans les habitudes et les coutumes. Le Ramadan est le témoin parfait de ces traditions à travers les plats et desserts que les familles préparent pendant ce mois.

La tradition algérienne veut que la rupture du jeûne se fasse avec des dattes et du lait. Ensuite, on sert une soupe communément appelée Chorba mais nommée différemment dans chaque région du pays en raison de ses recettes variées. Il est généralement accompagné de Bourek avec diverses farces.

Qu’est-ce qu’un iftar typique dans l’est de l’Algérie

La soupe

À Annaba, une ville de l’extrême est de l’Algérie non loin des frontières tunisiennes, le plat principal est le Chorba frik (soupe rouge à base de blé vert broyé), appelé Jari, accompagné de Bourek farci principalement de pommes de terre seules ou de poulet. Sinon, il y a des Boureks farcis de thon et même parfois des cerveaux de moutons.

À Constantine, il y a Chorba, également appelé Jari à Constantine, il est préparé avec des morceaux de viande, des boulettes de viande hachées et des tranches de poulet. Et est accompagné de Bourek à base de viande hachée.

Il y a aussi Djari Byad (soupe blanche avec vermicelles, poulet et boulettes de viande). La rupture du jeûne se fait avec des dattes ou Zrir (Tamina à base de blé et de pois chiches avec du miel et du beurre)

Le plat principal

Le « Tajine Lahlou » est également préparé à Constantin sous une autre forme. Le plat sucré typique de Constantin s’appelle Chbeh Essefra. Elle se présente sous différentes formes (demi-lune, cœur, étoile…). Il est fabriqué à partir d’amandes et de poires. Le plat est cuit comme le Lham Lahlou (plat de viande sucrée) mais des bâtonnets d’anis et de cannelle sont ajoutés. D’autre part, il y a un plat très célèbre qui est le Tajine Jben (casserole de fromage). C’est une sorte de gâteau au poulet ou à la viande émietté, composé de différents types de fromages. Sinon, les autres plats souvent préparés à cette époque sont Chekhchoukha Edfar (une sorte de miettes de pâtes à la semoule), White Trida (pâtes fines et carrées préparées avec du poulet), Tlitli (à base de pâtes qui ressemblent à des moutures de riz), Gritliya (pâte qui ressemble à des vermicelles).

D’autres plats garnissent la table Constantinoise sont principalement Tajines Tajine El Yahni (avec beignets de poulet), Tajine Echoua (poulet avec des galettes de viande), Ras El Zaouche (boulettes de viande hachées dans une sauce rouge sur laquelle les œufs sont cassés), Tajine El Houte (le nom est trompeur, cela signifie Tadjine de poisson mais en réalité ce sont des boulettes de viande hachées), Tajine El Mrayetes (gâteau de viande haché enrobé de blanc d’œuf, tous frits dans de l’huile trempés dans une sauce blanche), Guenaouia (Gombo en sauce), Tajine El Rkhame (Tajine marbré, boulettes de viande hachées farcies d’œufs durs cuits dans une sauce blanche).

Cependant, dans certaines régions de l’est, le plat principal est mangé beaucoup plus tard, après la prière de Tarawihs.

Qu’est-ce qu’un iftar typique dans l’ouest de l’Algérie

La soupe

La région de l’Ouest ne fait pas exception à la règle. Chorba et Boureks sont présents sur la table. À Oran, ils commencent toujours par H’rira (soupe typique de l’ouest) accompagnée de Bourek.

Tlemcen, une ville de l’ouest de l’Algérie, non loin des frontières marocaines, a les mêmes pratiques que la ville d’Oran Pendant le Ramadan, ils commencent d’abord par la H’rira qui est le plat essentiel à Tlemcen. Trente jours de Ramadan, trente jours de H’rira, c’est important !

Le plat principal

Oran a également ses plats et ses traditions pendant le mois de Ramadan. A Oran, par exemple, différents plats sont préparés et des boissons sont toujours présentes à la table LFelfela (salade de poivre), Matlou (pain traditionnel algérien), et Tajine Lahlou qui à mon avis sont des incontournables de la table d’Oran. Différents plats sont préparés chaque jour qui est accompagné d’une boisson typique de ce mois-ci, Charbet (limonade maison). Le quinzième jour du mois et le 27ème jour du Ramadan, nous préparons le Rougag ou aussi appelé Trid.

Ce sont presque les mêmes plats et traditions que l’on trouve à Tlemcen. Le premier jour du mois, nous préparons un plat de viande sucrée appelé L’ham lahlou pour que le Ramadan commence pour nous en douceur! Les autres jours, nous préparons différents plats. Le 27ème jour du Ramadan, beaucoup de gens préparent du poulet avec Trid.

Qu’est-ce qu’un iftar typique dans le centre de l’Algérie

La soupe

A Alger, la Chorba est évidemment présente. De plus, deux sortes de soupes sont préparées, la traditionnelle Chorba Frik mais il y a aussi la Chorba Béda (Chorba blanche) à base de vermicelles et de poulet, typique d’Alger.

En Kabylie, c’est évidemment le Chorba Frik mais il fut un temps, il n’était pas toujours servi, auparavant, il y avait deux catégories de personnes: les personnes modestes qui mangeaient du couscous sans Chorba et les personnes riches qui commençaient par chorba, suivies d’un deuxième plat et ajoutaient du couscous.

Le plat principal

A Alger, les plats sont très variés. Les plats les plus célèbres à Alger pendant le Ramadan sont la Tbikha (une sauce composée d’artichauts, de pois et de haricots). Il y a Batata Fliou (ragoût de pommes de terre à la menthe Pouliot), Tajine Lkhokh (plat de viande ou de poulet à la sauce blanche avec des boulettes de pommes de terre en purée farcies de viande hachée), Mtewem (boulettes de viande hachées et viande à la sauce blanche) et Tajine Jben (morceaux de poulet ou de viande cuits dans une sauce blanche et cuits au four avec des œufs et du fromage), typiques d’Alger.

Une tradition existe à la fois à Alger et en Kabylie et c’est celle du 27ème jour du Ramadan. Les petits enfants jeûnent pour la première fois afin qu’ils se familiarisent progressivement avec ce rituel religieux. Les petits enfants sont invités à jeûner afin de les habituer à jeûner. Ils passent toute la journée avec les hommes à l’extérieur pour s’assurer qu’ils ne vont rien manger. Au moment de rompre le jeûne, on leur fait boire du Charbet (limonade maison) à la cannelle qu’ils prennent dans un verre d’argent et du Tamina (dessert composé de semoule rôtie le tout agrémenté de miel.

Les desserts pour la longue nuit

Après le Ftour, vient le temps de retrouver un peu d’énergie pendant la soirée. Partout en Algérie, thé et café sont au rendez-vous accompagnés de pâtisseries traditionnelles comme le Kalb El Louz (pâtisserie algérienne à base de semoule, d’amandes et d’eau de fleur d’oranger), le Zlabia (confiserie traditionnelle), ou tout autre gâteau traditionnel, c’est ce qui fait le charme de la soirée.

A l’est, la table est composée de café, de M’halbi (riz au lait avec un peu de cannelle), de flans, de gâteaux… La plupart des gens là-bas prennent du café plus que du thé. Il y a aussi le Kalb el Louz qui s’appelle Harissa, toujours sur les tables, Zlabia et Makrout (pâtisserie farcie de dattes et trempée dans du miel). Il y a aussi Djouzia (nougat aux noix et au miel) et Caoucaouiya aux arachides et au miel.

À Oran. Après le repas, nous dégustons un café ou un thé avec Chamia (communément appelé Kalb El Louz). Il ne manque jamais pendant les soirées de Ramadan.

Le Shour

Enfin, vient le Shour, ce moment où il est encore permis de se nourrir avant l’aube, le moment où les jeûneurs doivent arrêter de manger et de boire. Le Shour permet de tenir le lendemain.

Toutes les régions d’Algérie ont un plat en commun pour le Shour, « Couscous au Zbib (raisins secs) ». Certains ajoutent des pois et même des haricots. Il est accompagné de Leben (lactosérum) ou de Raïb. Seul le nom de ce plat change. À l’est, au centre et en Kabylie, on l’appelle Mesfouf. À l’ouest, on l’appelle « Seffa »

Néanmoins, d’autres préparations peuvent être consommées pendant le Shour, pas nécessairement des plats traditionnels. Cela reste à la discrétion de tous.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.